Fil Twitter de Sens Public

Suivez le fil Twitter de @SensPublic et connectez-vous, au moment des séminaires, via polemictweet pour apporter votre contribution à la réflexion (...)

Écrivains, personnages et profils : l’éditorialisation de l’auteur

Colloque international Les 24 et 25 mai à l’Université de Montréal sous la direction de Bertrand Gervais, Servanne Monjour, Jean-François (...)

Faire œuvre à l’époque du numérique

23 avril 2015 _

avec Anthony Masure, Benoit Bordeleau

Le web semble mettre profondément en question le concept d’auteur tel que nous le connaissons depuis quelques siècles. L’assimilation du copier-coller, de l’hypertexte dans l’écriture courante, et plus généralement les nouvelles formes d’éditorialisation, mettent en avant le travail collaboratif et tendent à affaiblir le sens de la signature. La réception d’un contenu est ainsi davantage liée à la plateforme qui le diffuse, plutôt qu’à la personne qui l’a créé. Des expressions comme “j’ai trouvé cette information sur Google” ou encore “sur le web” démontrent un changement de la perception des dispositifs de légitimation d’un contenu.
De la même manière, les chercheurs eux-mêmes intègrent des logiques de partage et de co-élaboration de résultats qui ne favorisent pas la réalisation d’une œuvre propre, valorisable en tant que telle par un individu. Le chercheur se présentera et se définira alors davantage à travers l’agrégation de ses activités, participations et collaborations, souvent publiées ou communiquées en tant que work-in-progress et échappant à la validation scientifique.
Dans ce cadre, qu’en est-il du concept d’œuvre en tant que production cohérente d’un individu - ou d’un groupe de chercheurs ? Comment penser les notions de “plagiat”, de “copie” ou d’”originalité” ? Quels sont les nouveaux vecteurs de reconnaissance qui permettent malgré tout aux individus de faire œuvre ?


Ressources

Anthony Masure : Designer et enseignant-chercheur en design graphique et numérique, il a soutenu récemment sa thèse sur le « design des programmes », dirigée par Pierre-Damien Huyghe à l’Université Paris1 Panthéon-Sorbonne et publiée sur le site dédié softphd.com. Il est Membre du réseau des jeunes chercheurs « Design en recherche » et co-fondateur de la revue scientifique Réel l Virtuel.

Benoit Bordeleau : Né en 1986 à Buckingham, il vit et travaille à Montréal depuis 2005. Présentement inscrit au doctorat en études littéraires à l’UQAM, il a fait paraître en novembre 2012 le récit Au détour de l’habitude dans la collection « Éclats » de La Traversée. À la suite de Cerné, le blogue notes de terrain s’est voulu un espace de collaborations et d’explorations littéraires et photographiques sur le mode de la flânerie. Hoche’élague (https://bbordeleau.wordpress.com/a-propos/), pour des raisons pratiques d’entreposage et de lisibilité, continue dans cette voie.