La convergence des plateformes, ou l’environnement-support

13 mars 2014 _

avec Maurizio Ferraris, Valérie Jeanne-Perrier

Attention, le séminaire à Montréal commencera à 12h30, 17h30 de Paris
[English follows]

Le principe de convergence, qui désignait il y a quelques années le décloisonnement entre les acteurs du contenu et des contenants semble finalement se réaliser dans ce qu’on appelle l’expérience transmédiatique. Celle-ci résulte d’une expérience individuelle ou collective d’accès aux contenus à travers des appareils, des interfaces et des usages diversifiés, constituant chacun de nouveaux points d’entrée dans les échanges et les flux de données.
L’expérience transmédiatique que décrit ainsi Louise Merzeau est directement liée à l’environnement - c’est-à-dire à la configuration spatiale, matérielle, logicielle - dans lequel l’usager se trouve. Le support devient donc environnement, grâce et à travers lequel nous (inter)agissons.
Au regard de la multiplicité des pratiques, des supports, et des représentations qui constituent ensemble l’environnement-support, qu’est ce qui fait encore unité, quel est le plus petit dénominateur commun qui permet à cet environnement de faire sens ?
Quelles sont les nouvelles dynamiques qui opèrent dans la circulation des savoirs ?

The Convergence of Platforms, or the Support Environment
Thursday, March 13, 2014
[Please note that the seminar in Montreal begins at 12:30 PM Montreal time and 5:30 PM Paris time]

A few years ago, the principle of convergence represented the decompartmentalisation between the actors of content and the containers. It has finally been transformed into what is now referred to as a transmedia experience. The latter consists in either individual or collective experience of access to the content through equipment, interfaces and diversified uses, each creating new entry points in the data exchanges and flow.
The transmedia experience described above by Louise Merzeau is directly related to the environment ; namely the spatial, material and software configurations in which the user is set. The support thus becomes the environment, thanks to the way in which we (inter)act.
Considering the diversity of practices, supports and representations that together create the support-environment, what is the unity factor ? What is the smallest common denominator that allows this environment to be meaningful ?
What are the new dynamics operating within knowledge circulation ?


Ressources

Dernier livre de Maurizio Ferraris traduit en français, dans la nouvelle collection "Parcours numériques" des PUM. Accès ouvert.

Maurizio Ferraris enseigne la philosophie théorétique à l’Université de Turin en Italie. Il est également directeur du Centre interuniversitaire d’ontologie théorique et appliquée (CTAO) et du Laboratoire d’Ontologie (Labont).
Auteur de nombreux ouvrages, certains traduits en anglais et en français — dont T’es où ? Ontologie du téléphone mobile —, il est à l’origine de la théorie de la documentalité et s’intéresse particulièrement à l’ontologie, l’esthétique et l’herméneutique.
Source : http://labont.it/ferraris

Valérie Jeanne-Perrier enseigne la sociologie des médias et la sociologie des organisations. Ses interventions portent sur les mutations professionnelles et éditoriales liées à l’utilisation des outils informatisés comme sources et ressources d’écriture, de structuration de la production de l’information et du travail. Ses travaux débouchent sur des dimensions sociologiques individuelles : dans quelle mesure les individus sont-ils conduits à travailler sur eux-mêmes, à se produire « au travail » au travers de la mobilisation de dispositifs de médiation et d’écriture, à se constituer des portefeuilles d’identités ?

Notes de la séance sur le blog Sens Public de Marcello Vitali-Rosati : culture numérique.


Voir en ligne : Âme et iPad