La traduction, au coeur des nouvelles pratiques éditoriales

13 février 2014 _

avec Anne-Laure Brisac, Geneviève Has

[English follows]

La traduction est l’une des principales activités structurant les espaces intellectuels, au point même qu’on pourrait soutenir qu’elle en est une matrice. Un ouvrage diffusé sur papier peut avoir des compléments en ligne pour explorer les notes de traduction et enrichir la lecture. Des espaces partagés entre traducteurs créent des interactions pérennes. Une fédération de revues comme Eurozine (eurozine.com) a développé une action permanente de traduction qui stimule le débat européen. Les divers paratextes forment ainsi autant de liens qui enrichissent une oeuvre et confirment le caractère multilingue des cultures numériques.

Translation : At the Heart of New Editorial Practices
Thursday, Feb. 13, 2014

Translation is one of the central activities structuring intellectual spaces and one could even argue that it is a sort of incubator. A book published on paper often has supplemental translation notes online which serve to enrich the reading experience. Shared online spaces between translators create long-lasting interactions. Networks of cultural journals such as the Eurozine (eurozine.com) have set up on-going translation systems that follow European debates. Various paratexts thus form ties that enrich a work and emphasise the multilingual character of digital cultures.


Ressources

Anne-Laure Brisac-Chraïbi mène de front, depuis 25 ans, des travaux de traductrice en parallèle avec d’autres métiers : professeur, éditrice. Trois activités qui visent toutes à transmettre des univers et des langages. Elle s’intéresse depuis plusieurs années au numérique éditorial, lequel alimente (parfois) et irrigue ces métiers par différents biais. Elle a remporté le prix Laure-Bataillon en 2013 pour la traduction d’Une lampe entre les dents de Christos Chryssopoulos, romancier, essayiste et traducteur grec.

Geneviève Has détient un baccalauréat en traduction et une maîtrise en traductologie et s’intéresse à toutes les facettes de la relation humain/machine. Elle a enseigné les technologies de la traduction, la localisation et les théories de la traduction à l’Université Concordia. Elle étudie présentement au doctorat en Études littéraires à l’Université Laval sous la direction de Milad Doueihi.

Notes de la séance sur le blog Sens Public de Marcello Vitali-Rosati : culture numérique.